Acte I – Appel du Ministre de la Santé à la présidente de la FNO

Eclaircie en vue ?

Hier soir, 1er novembre, long entretien téléphonique entre le Ministre de la Santé Xavier Bertrand et la présidente de la FNO, Nicole Denni-Krichel.

Cette dernière a pu ainsi exposer le pourquoi de la colère de toute la profession devant le cadre proposé par les deux Ministères.

Le Ministre a semblé entendre les arguments de la profession quant au refus d’une orthophonie à deux vitesses.

Le Ministre de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur doivent se concerter.

Le Ministre de la Santé reprendra ensuite contact avec la présidente de la FNO.

Restons mobilisés et déterminés !

Publicités

Urgent : actualité de la profession

Ce vendredi 28 octobre, une délégation composée de représentants de la FNO, la FOF, la FNEO, l’UNADREO et les grandes centrales syndicales a été reçue au Ministère de la Santé.

Lors de ce rendez-vous, le Ministère de la Santé a proposé un projet qu’il expose dans une lettre cosignée par nos deux ministères de tutelle.

Nous vous invitons à lire attentivement cette lettre que vous pourrez trouver à l’adresse suivante : http://www.sante.gouv.fr/la-formation-d-orthophoniste-et-de-masseur-kinesitherapeute-reconnue-en-master-le-feu-vert-de-xavier-bertrand-et-laurent-wauquiez.html

Lors de ce rendez-vous, la délégation a refusée le projet présenté par le Ministère de la Santé.

Nous vous prions de lire ci-joint le communiqué de presse de la FNO suite à ce rendez-vous :

Le ministère de la Santé
supprime la profession d’orthophoniste

28 octobre 2011 : Journée noire pour l’orthophonie

En refusant le grade de Master à tous les orthophonistes, le ministère provoque la mort prochaine de l’orthophonie

Le gouvernement a rendu son arbitrage : la reconnaissance de notre formation initiale à deux niveaux :

  1. Une formation généraliste en 1ere année de Master pour des orthophonistes de base, avec un exercice professionnel plus que limité !
  2. Une formation en Master 2, complémentaire et non obligatoire, pour un nombre limité d’ orthophonistes habilités à prendre en charge les patients victimes d’accident vasculaires cérébraux, les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, de la maladie de Parkinson, les personnes aphasiques, les enfants sourds , les patients atteints des troubles de déglutition, de problèmes de voix, et les personnes laryngectomisés.

En refusant le master pour tous, Le gouvernement ne respecte pas la méthodologie et la définition du métier validé dans le référentiel de compétences.

Tous les orthophonistes exercent le même métier. Tous les patients doivent pouvoir trouver à proximité un orthophoniste correctement formé à l’ensemble des troubles qui relèvent de sa compétence.

L’orthophonie est UNE et INDIVISIBLE.

La Fédération Nationale des Orthophonistes :

  • refuse cette réforme de sa formation,
  • dénonce une destruction programmée de l’orthophonie,
  • exige la délivrance de l’autorisation d’exercice au niveau du Master pour TOUS les orthophonistes.

ELLE APPELLE LA PROFESSION TOUT ENTIERE A RESISTER ET A REAGIR POUR CONTRAINDRE LE GOUVERNEMENT  A REVENIR SUR SA DECISION, ET A RECONNAITRE LE NIVEAUMASTER 2 COMME NIVEAU UNIQUE DE FORMATION POUR LA PROFESSION D’ORTHOPHONISTE

Sondage Manifestation du 6 octobre à Paris pour le Master

Bonjour à toutes et à tous,
Pour l’organisation de la manifestation du 6 octobre 2011 à 12h30 à Paris, nous vous invitons à répondre ce questionnaire pour savoir si vous venez à Paris et si vous restez le lendemain pour écouter l’intervention de Xavier Bertrand au CNPS :

Adresse du sondage Doodle : http://www.doodle.com/bq9c3mxnm9mhnit9

MASTER On se moque de nous !

La réaction de la FNO à lire ici

Communique de la FNO : la profession se mobilise contre le mépris du gouvernement et de l’Elysée

NON à la casse du système conventionnel ! il faut changer la loi.

Communiqué de la FNO

12 septembre 2011 à Paris

A la lecture des projets de décrets relatifs au DPC (Développement Professionnel Continu) qui seront soumis au HCPP (Haut Conseil des Professions Paramédicales) le 13 septembre prochain, la Fédération Nationale des Orthophonistes ne peut que constater les effets dévastateurs de la loi « HPST » dans ce domaine.

La mise en place du DPC entérine la disparition pure et simple de la formation continue conventionnelle, les textes actuels dénient à la représentation professionnelle toute participation au choix des thèmes et à la gestion du DPC.

Alors que la profession a fait la preuve de sa connaissance des besoins de formation des professionnels en participant paritairement avec les caisses d’assurance maladie au choix des thèmes : plus de 95% de participation aux sessions proposées aux orthophonistes.

Alors que la profession a prouvé sa capacité à gérer les fonds de formation dédiés puisqu’un professionnel sur 5 pouvait avoir accès chaque année à une session de formation et ce, partout sur le territoire, contribuant ainsi à la qualité des pratiquesdans l’intérêt des patients.

Alors que la commission paritaire nationale garantissait la qualité des formations proposées en validant une à une les formations éligibles, leurs programmes et leurs budgets.

Les projets de textes relatifs au DPC décrètent que :

  • Les thèmes abordés en DPC seront imposés par l’Etat, sans avis des professionnels,

  • Il n’existe aucune garantie concernant la dotation et que les professionnels sont exclus de la gestion des fonds mis à disposition,

  • ce ne sont plus les contenus des formations qui seront validés mais seulement les organismes qui les délivrent.

 

  • Le gouvernement supprime la formation continue du système conventionnel

  • Les professionnels perdent un outil efficient de formation continue

  • Les patients y perdront ; la qualité des soins dépend, non seulement d’une formation initiale de qualité, mais aussi d’une formation continue conventionnelle adaptée qui permette aux orthophonistes de mieux répondre aux demandes et besoins des patients

  • La Fédération Nationale des Orthophoniste est opposée à ces projets de décrets et demande une modification de la loi et exige la pérennisation de la formation continue conventionnelle

Télécharger le communiqué au format pdf

Création du laboratoire Unadréo de recherche clinique en orthophonie : LURCO

Union Nationale pour le Développement de la Recherche et de l’ Evaluation en Orthophonie (UNADREO, société savante)

Création du laboratoire Unadréo de recherche clinique en orthophonie : LURCO

Créée en 1982, l’Unadréo (Union Nationale pour le Développement de la recherche et de l’Evaluation en Orthophonie) a été reconnue Société Savante en 2005.
Depuis 2001, ont été mises en place des Equipes de Recherche Unadreo (ERU), qui ont pour vocation de faire exister une véritable recherche en orthophonie.
Afin de donner une meilleure lisibilité à ce travail de recherche, le Comité Directeur de l’Unadréo a jugé opportun la création d’un laboratoire de recherche : le LURCO (Laboratoire Unadréo de Recherche Clinique en Orthophonie).

Ce laboratoire réunira donc toutes les ERU permettant ainsi une meilleure cohésion de leurs actions et un affichage plus clair de la recherche en orthophonie notamment aux yeux des Ministères et des chercheurs d’autres disciplines.

L’Unadréo souhaite que ce laboratoire collabore avec d’autres laboratoires, universitaires par exemple, avec les centres de formation en orthophonie et accueille en son sein des étudiants en particulier dans le cadre de leur mémoire de fin d’études.

De la même manière la participation des orthophonistes cliniciens, directeurs de mémoires ou non, est souhaitée. Il est prévu la possibilité d’intégrer le LURCO avec un statut adapté à la situation de chaque chercheur (titulaire, associé, étudiant).

Le LURCO a vocation à organiser et à promouvoir toutes les recherches dans le domaine de l’orthophonie. Ce domaine couvre l’ensemble des champs de compétence de l’orthophonie ainsi que l’évaluation de l’efficience des actions thérapeutiques.

Le LURCO se donne ainsi 4 grandes missions :

  • La participation active à la recherche fondamentale et appliquée.
  • La réalisation d’expertises et de projets de recherche locaux, régionaux, nationaux et internationaux.
  • La diffusion de savoirs par les publications scientifiques, etc.
  • L’accueil, l’encadrement d’étudiants en orthophonie et d’autres disciplines proches (sciences humaines, neurosciences,…) et aussi de doctorants.

Le LURCO assure en fonction de ses moyens un soutien matériel et scientifique aux travaux individuels et collectifs de ses membres.

Une collaboration avec les centres de formation et les professionnels est donc souhaitée par l’UNADREO.

Les responsables des centres de formation, chargés d’enseignement, directeurs de mémoire, étudiants, cliniciens intéressés peuvent entrer en contact avec l’UNADREO pour intégrer une ERU du LURCO.

La création d’une ERU spécifique peut aussi être envisagée.

Tous les documents nécessaires sont joints à ce courrier (statuts du LURCO, dossier de création d’ERU) et ils peuvent également être téléchargés sur le site www.lurco.fr (actuellement en construction).

Bien confraternellement.

Thierry Rousseau
Président de l’UNADREO
Directeur du LURCO
Orthophoniste
Docteur en psychologie – HDR

Sylvia Topouzkhanian
Directrice-adjointe du LURCO
Rédactrice en chef adjointe de Glossa
Orthophoniste
Docteur en sciences du langage

UNADREO – LURCO – BP 70145 – 72303 Sablé sur Sarthe cedex
Tél : 02 43 92 04 06 – unadreo ; www.unadreo.org ; www.lurco.fr

Dossier de demande de cration d’ERU et de membre du LURCO.doc

Statuts LURCO.pdf

Débat National sur la dépendance – 31 mai 2011 à Bordeaux

Le 8 février dernier, le Président de la République a ouvert un débat national sur la dépendance.

Chaque semaine, des membres du bureau de la Fédération Nationale des Orthophonistes participe à ce débat dans le cadre de groupes de travail parisiens.

Parallèlement, sont organisés 26 débats interdépartementaux et 4 débats interrégionaux à Nantes, Bordeaux, Marseille et Strasbourg.

Les débats interrégionaux traiteront de l’un des quatre thèmes retenus pour chacun des groupes de de travail nationaux, à savoir :

  • « société et vieillissement », pour le débat à Nantes, le lundi 9 mai 2011 (au Centre de congrès West-Events, 34 rue de la Vrière, 44240 La Chapelle sur Erdre)
  • « enjeux démographiques et financiers de la dépendance » pour le débat à Bordeaux, le mardi 31 mai 2011 (au Palais des congrès, Avenue Jean-Gabriel Domergue, 33000 Bordeaux)
  • « accueil et accompagnement des personnes âgées » pour le débat à Marseille, le mardi 14 juin 2011 (au Palais du Pharo, 58 Boulevard Charles Livon, 13007 Marseille)
  • « stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées »pour le débat à Strasbourg, le lundi 20 juin 2011 (au Palais des congrès Pierre-Pflimlin, Place de Bordeaux, 67082 Strasbourg)

Ces quatre débats se tiendront entre 14 h et 17 h aux dates précédemment indiquées et auront lieu en présence de Madame Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, de Madame Marie-Anne Montchamp, Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale et de représentants des autorités locales.

Les prochains débats interdépartementaux auront lieu :

  • A Angers, le lundi 18 avril de 15h à 18h40 Espace Jeanne de Laval, Rue Jeanne de Laval, 49800 Andard
  • A Rouen, le mardi 19 avril de 15 h à 18 h à la Faculté de Droit, sciences économique et gestion, 3, avenue Pasteur, 76 100 Rouen
  • A Amiens, le mercredi 20 avril à partir de 14h30, Pôle Cathédrale, Faculté de droit et de science politique, amphithéâtre 400, 10 Placette Lafleur, 80027 Amiens
  • A Clermont-Ferrand, le vendredi 22 avril à l’auditorium Gaston Meyniel – Faculté de médecine – Université d’Auvergne – 28 place Henri-Dunant à Clermont-Ferrand
  • A Dinan, le vendredi 29 avril de 14h à 18h, Théâtre des Jacobins, Rue de l’Horloge, 22100 Dinan

Des informations plus exhaustives sur ce débat national sont disponibles à l’adresse suivante : http://www.dependance.gouv.fr/